LA RENCONTRE

Cet après midi, il pleut,
Je suis mouillé, en déroute,
Quatre cents pas sur la route,
Mon esprit, lui est en feu.

Tes moindres allées et venues,
Depuis des jours, je les épie,
Oubliant presque ma propre vie,
A l'heure ou tu descends la rue.

Je t'espère, belle inconnue,
Mon incendiaire somptueuse,
Ma pyromane voluptueuse,
De mes émotions accrues.

Cent fois, j'ai répété l'instant,
De cette rencontre aussi désirée,
Dans ma pauvre tête exacerbée,
Encore et encore, la préparant.

Mais la divine enfin apparaît,
A ma hauteur, elle s'approche,
Faux détachement, coeur en poche,
Soudain, mon aplomb disparaît.

Elle sourit, ne seriez vous pas...
Dans le brouillard de mon incohérence,
De mon être, je ne suis plus que l'essence,
Je bredouille, sur moi, elle a pris le pas.

Je lui donne la réplique,
Garce, elle avait tout prévu,
Absorbé, je n'avais rien vu,
Elle m'hypnotise, charismatique.

Je ne peux plus rien faire,
Je ne peux plus me taire,
Je ne peux que l'aimer!

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

ROUGE.

LE TEMPS.