Egérie partie.





Ma vie est bien triste, et plus que morose,
Le goût de la peinture me semble amer,
Littérature, poésie en sclérose,
J'ai rangé mes godillots, je ne suis pas fier.

Finies les randonnées enjouées, splendides,
Pour mes pinceaux, des images en provision,
Avec les souvenirs de senteurs et de sons,
Pour mes poésies et récits impavides.

Ce soir, je boirai pour couronner mon émoi,
Tu  danses sur ma colère, reste avec moi,
Mais toi me fuyant, égérie exaspérante.

Belle féline, tu me tues, ton nom, amour,
Je crie ton nom, beauté exaltant ma nuit,
Entend, belle amante extravagante .

                                                                                       Copyright A.Lougris.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

ROUGE.

LE TEMPS.