LES PRINTEMPS ARABES.

Printemps du peuple trahi,
Rejet des chaînes imposées,
Des terreurs répétées,
les guides ont failli.

A mort les tyrans,
Décimateurs de nations,
Pourfendeurs d'oppositions.
Aux mains rougies de sang.

Accrochés aux pouvoirs,
Acteurs de l'indicible,
Prenant les frères pour cible,
Dispensant peurs et désespoirs.

Printemps des populations brimées,
Dans une apogée de l'horreur,
Accouchement dans la douleur,
De Liberté tant désirée.

Oppresseurs jugés, exécutés,
La rue reprend ses droits,
Mais gare aux endroits,
Ou d'autres rêvent de passé.  
 
                       Copyright A.Lougris

                                                                             

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

ROUGE.

LE TEMPS.