VICTIME D'HIVER






L'automne a déserté,
Blanc linceul sur la terre,
l'hiver s'est installé,
Il a déclaré la guerre.

Partis les migrateurs,
A destination soleil,
Faire le plein de bonheur,
Ici n'est plus pareil.


Beauté de la rose givrée,
Sacrifiée par la froideur,
Splendeur éphémère et glacée,
Fantôme d'une douce chaleur.

Point du jour pétrifié,
Un homme encartonné agonise,
Sous un porche, de tous ignoré,
Un sans abri, un migrant se brise.


L'hiver a pris ses quartiers,
Un être s'en est allé,
Que l'on se hâte d'oublier,
Les sacrifiés de la société!
                                                                           Copyright A.Lougris

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

ROUGE.

LE TEMPS.