FEMME.


Folle ironie des arabesques du plaisir,
Attiré par la perfection de ta beauté,
Mes sens s'affolèrent en découvrant ta nudité.
Tous deux absorbés, par la fleur du jouir,
Dans l'intime de nos êtres, l'amour vint nous saisir.

Tu emplis mon coeur d'une douce déraison.
Féline, câline, toi mon essence de volupté,
Aphrodite enjôleuse, symbole de féminité,
Exaltation toujours inassouvie de ma passion,
Ma promesse d'amour n'est qu'une oraison.

Pour te plaire jour après jour
Je ne ménage, ni temps ni sentiments.
dans mon désir de recevoir ton assentiment.
T'aimer pour autant que sublimé, mon amour,
donne résonnance au tien pour toujours.

Femme, je ne veux pas recouvrer la raison.
Eprouve de mon coeur toute la sensibilité,
Mon désir pour ta personne s'est affiné.
Accusé d'épicurien, je réclame condamnation,
Devenir dans la trame de la vie, ton compagnon!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

ROUGE.

LE TEMPS.