Articles

Affichage des articles du novembre, 2012

LE CAJOLEUR.

Il sait, votre jeune beauté, galantiser,
Et vous étonner par maintes agaceries,
Vous dérider par de subtiles pitreries,
Et vous émouvoir de voir son coeur panteler.

Point ne faut la belle, pour lui vous capricer!
Il n'est qu'un infâme pourvoyeur de tristesse.
Bien qu'il vous traite comme une antique déesse,
Ne laisser pas ce tombeur vous affriander.

Divin tendron, ne vous en laissez pas compter,
Le charmeur n'aime pas, ce qu'il veut possèder.
Dès le trésor acquis, Il sera délaissé.

De ce séducteur, n'entrez pas dans la foucade,
Gaudissez vous donc de ses airs ébouriffés, 
N'ayez pas de pitié pour sa désespérade.

Du fond du lit.

Image
Yedaya a fait son film au coeur de Jaffa,
Pendant ce temps, des enfants sont morts à Gaza.

Saint Tanguy fut fêté mardi dans la grisaille,
Bachar El Assad perd des chars dans la bataille.

C'est un malheur de voir ces clochards dans le froid,
J'ai chopé la bronchite voilà bien un mois.

Polémique sur l'amante diabolique,
Nouvelles guerres et famines en Afrique.

Le Pen n'est pas content du livre de Péan,
Paris Hilton est vraiment blonde sans talent.

Mauvaises nouvelles gouvernementales,
Britney aime Jason, quelle info capitale.

Questions à Bruxelles sur sapin de Noël,
Réservistes mobilisés en Israël.

Je vous écrit ce que j'ai vu dans le journal,
Du fond de mon lit, ce n'est déjà pas si mal!

Mériter la vie.

Image
Que vais je bien pouvoir faire de moi? D'aller au néant, je n'ai pas envie, Comme des gants, me vont l'amour et la vie, Je veux encore de tout avec toi.
Prendre plaisir à jouer au gamin, Par surprise, te prendre par la taille, Te voler des baisers dans la bataille, Te sacrer reine des fleurs du jardin.
Et nous perdre la nuit dans les grands bois, Se faire peur au jeu avec les ombres, Pour se serrer, blottis dans les coins sombres, Remplir de flèches d’amour, nos carquois.
Pour toucher nos cœurs dès le jour venu, Nous bien aimer, dans nos amours cachées, Prendre soin de les garder éveillées, Nous y sommes toujours bien parvenu.
Je peux souffrir de vile maladie, Je refuserai la mort et sa loi, Pour mériter vivre encore avec toi Jamais n'abandonnerai la partie.

Solitaire. (Acrostiche).

Image
Solitude profondément gérée
Organisée et bien maîtrisée
Liberté de pensée
Intentionnellement désirée
Tacitement par la meute respectée
Attirance pour la nature exacerbée
Reprises d'activités oubliées
Être soi même sans tricher

SOLITUDE. Acrostiche. (Mauvaise solitude)

Image
Source de repli sur soi
Obsession réelle d'abandon
Liberté emprisonnée
Indifférence croissante du moi
Tant et tant qu'on en perd la foi
Usage immodéré d'antidépresseurs
Dérive vers les enfers
Établissement de déraison sans passion

MEDECINS.

Image
A toi le médecin de nos corps malades, Celui que nous appelons quand tout va mal, Qui nous ramène dans un état normal, Avec grande science, trouvant les parades, Merci.
A toi médecin de nos esprits malades, Quand ton divan devient lieu de confession, Que tes paroles guérissent l'obsession, Évitant à nos cerveaux terribles naufrages, Merci.

Au médecin de l'âme, toi le curé,                      Quand contre Dieu, ma pauvre foi se rebelle,                      Qui veille sur ma santé spirituelle, M'écartant ainsi du chemin des damnés, Merci.
A toi, mon amour, médecin de mon cœur, Toi, qui fus une rencontre paradisiaque, Toi, mon bel alter ego aphrodisiaque, Toi, ma belle amie, qui soigne mon bonheur, Je t'aime!