LE CAJOLEUR.



Il sait, votre jeune beauté, galantiser,
Et vous étonner par maintes agaceries,
Vous dérider par de subtiles pitreries,
Et vous émouvoir de voir son coeur panteler.

Point ne faut la belle, pour lui vous capricer!
Il n'est qu'un infâme pourvoyeur de tristesse.
Bien qu'il vous traite comme une antique déesse,
Ne laisser pas ce tombeur vous affriander.

Divin tendron, ne vous en laissez pas compter,
Le charmeur n'aime pas, ce qu'il veut possèder.
Dès le trésor acquis, Il sera délaissé.

De ce séducteur, n'entrez pas dans la foucade,
Gaudissez vous donc de ses airs ébouriffés, 
N'ayez pas de pitié pour sa désespérade.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

ROUGE.

LE TEMPS.