Articles

Affichage des articles du avril, 2013

Le loup blessé.

Image
C'est un loup hurlant sa rage à la nuit noire, Comme un ciel sans étoiles,son cœur est obscur, Son monde brisé, il lui demeure l'espoir, Prolongateur de la meute en esprit pur.
Un loup blessé, écorché qui sent la fureur, Il faut casser les vautours d'un coup de gueule, Un loup haineux de ces hyènes de laideur, Suant leurs désirs macabres, ces êtres veules.
Il lui faudra du temps pour lécher ses blessures, Retrouver la forêt paisible de son bonheur, Pour balayer des charognards leurs salissures, Et apaiser ainsi ses colères et douleurs.
Rien de plus noble que de se soucier des siens, Considération pour les vivants et les morts, Aucun doute que le loup le fera très bien, Il prendra repos après destruction des torts.
Ce n'est qu'un loup qui hurle sa rage à la nuit, Dormez bien en paix, braves gens et les enfants, Ce n'est qu'un loup qui hurle sa douleur à la nuit, Bientôt il chassera pour s'en prendre aux méchants !

Hommage à mon père.

Image
La souffrance atroce du mourant La douleur qu'éprouve un être Dans les affres d'une très longue agonie
Lors du calvaire d'une maladie possessive Lui qui sent la mort prendre possession De son esprit, de sa raison, de sa chair
Il est pourtant encore conscient de son sort Courageusement, il lutte et combat Comme il l'a toujours fait, simplement
Mais déjà, il le sait qu'il se meurt Il sait que le printemps ne l'attendra pas  Son corps n'est plus que torture
Et son supplice, ce martyre inutile                                          S'insinue dans l'âme et le cœur De ceux qui l'aiment, impuissants
Je suis là, moi qui te serre la main Moi, consterné, qui ne sait pleurer Je te parle du passé, je n'ose l'avenir
Tes yeux bleus , vitreux me regardent J'y vois la faible, ultime lueur de vie L'amour des hommes ne parle pas
Il se lit dans leurs yeux, dans leurs yeux  Tu sais que je t'aime, je le sais aussi Merci de ton courage, m…