CHEVEUX ARGENTES

Une petite vieille aux cheveux blancs,
Voûtée par les soucis et les années,
Avance à pas comptés vers sa destinée,
Que son calvaire prenne fin! Elle l'attend.

Qui se souvient encore de la mère aimante,
Gardienne de son foyer, son bel univers,
Choyant ses enfants, toujours souriante,
Amoureuse éprise de son mari, leur père.

Qui se souvient de sa beauté passée ?
Une imagination fertile ne suffit pas,
A la voir telle qu'était, belle raffinée,
Jeune et radieuse comme la déesse Hestia.

Dans un visage éclairé, un sourire mutin,
Éblouissait toutes les nobles assemblées.
Qui se souvient encore de ce corps divin ?
Formes généreuses, par les hommes désirées.

Elle même sans doute, ne s'en souvient plus,
Son mari aimant repris par Dieu, oubliée et seule,
Ses enfants dans le monde se sont perdus !
Cheveux d'argent n'est plus qu'une aïeule.

La gentille petite vieille au cheveux blancs,
N'espère plus rien d'autre de ses ultimes années,
Que rejoindre son amant au bout de sa destinée,
Que son calvaire prenne fin! Elle attend....

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

ROUGE.

LE TEMPS.

C'était ...presque rien !