Articles

Affichage des articles du novembre, 2013

Haïku d'automne.

Image
Douces feuilles mortes,
Formant tapis mordoré,
Protègent Gaïa.

VIVRE, C'EST.......

Image
                                    VIVRE, C'EST.....

Rire avec les bonheurs de son chemin, Et pleurer dans la douleur des impasses. Trembler dans la fraîcheur d'un beau matin, Mais sourire à l'inconnue qui passe.
Donner aux bien plus malheureux que soi, Et aussi accepter l'aide des autres. Savourer l'été dans l'ombre des bois, L'hiver, se faire des pauvres l'apôtre.
Profiter de la douceur d'un printemps, Et savourer les couleurs de l'automne . Aimer sans compter, ni temps ni argent, Et cela sans devenir monotone.
Percevoir la beauté insoupconnée, De ce qui nous parait inaccessible. Vieillir dans la sagesse méritée, Et mourir sans peur d'une mort vincible

Tanka: Sans abris.

Image
Hiver meurtrier, Torturant les sans abris, La ville englacée, Ne pouvant les réchauffer, Mourants sous cartons pressés.

Coeur de mère.

Image
Cette femme était soleil,
Depuis le jour de mon éveil,
Elle veilla sur mon sommeil,
Cette femme fut ma merveille.

Un coeur tout débordant d'amour,
Amour qui m'étouffait le jour,
Amour veillant mes nuits toujours,
Si belle dans ses beaux atours.

Se passsèrent bien des années,
je finis par quitter ma fée,
Souvenirs d'une voix brisée,
Me donnant consignes avisées.

Après un parcours difficile,
je revins vers elle, docile,
Elle acceuillit l'agoraphile,
Dans une attitude fébrile.

Tendresse infinie de mère,
De ses enfants toujours bien fière,
Fit fondre ma tête de pierre,
Ainsi m'enleva mes oeillères.

Ma fée a rejoint les anges,
Mes souvenirs de cet archange,
Veillant ma vie, sans louange,
Comme une invisible mésange.

L'ATTENTE.

Image
Courrier porteur de bonheur, Déposé par un facteur, Lui fit sursauter le coeur, Lui donna un air rieur.
Voila bien longtemps déjà,
Qu'elle attendait ce pli là, Amoureuse d'un soldat, Parti se battre la-bas.
Sa promesse de retour, Faite avec tout son amour, La réconfortait toujours, Bien qu'elle eut peur tous les jours.
Elle ne connaissait rien, De ce pays très lointain. Parti si loin, un matin, Reviendrait il donc demain?
Elle l'aimait tellement, Courrier ouvert tendrement, Couvert de baisers fervents, Rassura ce doux moment.

Haïku. Fin de voyage.

Image
                            Quand les souvenirs,
                            Prennent la place des rêves,
                            L'homme se sent vieux.

Vie et Mort. (Réflexions qui n'engagent que l'auteur!)

Comment croire encore en Dieu lorsque tant de souffrances s'accumulent sur notre chemin ? Ouvrez un journal, regardez les informations à la télévision, ou écoutez les à la radio, les horreurs sont légions en ce monde, dans votre rue ou à l'autre bout de la terre. Chômage, grèves, pauvérisation, agressions, assassinats, viols, vols, émeutes, guerres et autres réjouissances sont notre lot quotidien d'actualités. Que cela nous touche directement ou pas , l'insécurité nous encercle. Inconsciemment, nous en sommes déjà victimes ! Nos esprits, tels des ordinateurs, accumulent ces informations-virus qui nous fragilisent insidieusement. La question est dès lors, posée depuis des siècles, par un grand nombre d'humains : « Un Dieu que l'on dit bon, ne pourrait permettre toutes ces atrocités et malfaisances. » Conclusion hâtive : « il n'y a pas de bon Dieu ! » .....Et comme si cela n'était pas suffisant, la mort vous touche de …