Vie et Mort. (Réflexions qui n'engagent que l'auteur!)

Comment croire encore en Dieu lorsque tant de
souffrances s'accumulent sur notre chemin ?
Ouvrez un journal, regardez les informations à la télévision, ou écoutez les à la radio, les horreurs sont légions en ce monde, dans votre rue ou à l'autre bout de la terre. Chômage, grèves, pauvérisation, agressions, assassinats, viols, vols, émeutes, guerres et autres réjouissances sont notre lot quotidien d'actualités. Que cela nous touche directement ou pas , l'insécurité nous encercle. Inconsciemment, nous en sommes déjà victimes ! Nos esprits, tels des ordinateurs, accumulent
ces informations-virus qui nous fragilisent insidieusement.
La question est dès lors, posée depuis des siècles, par un grand nombre d'humains : « Un Dieu que l'on dit bon, ne pourrait permettre toutes ces atrocités et malfaisances. »
Conclusion hâtive : « il n'y a pas de bon Dieu ! » .....Et comme si cela n'était pas suffisant, la mort vous touche de temps à autre, vous perdez une personne qui vous était chère, parfois vous n'avez pas le temps de faire votre deuil qu'il vous faut remettre le noir habit de circonstance. Et vous n'avez plus la force de suivre ces funèbres cortèges, cercueils de bois vernis emportant une somme inouie de souffrances et d'injustices.
Votre cercle de famille et d'amis s'amenuise d'années en années, et vous laisse au coeur un goût d'amertume, tandis que le tic tac de l'horloge vous rappelle que votre temps s'écoule bien trop vite.
Mais vous n'en avez pas fini avec la vie, il vous reste quelques belles années de maladie à découvrir dans l'ombre léthargique d'une appelation médicale magique ! A votre tour, la souffrance ou mieux, la déchéance ! Le désespoir ne vous atteint qu'en fonction du mal que vous penseriez faire
aux autres, vous-même êtes trop épuisé, pour y dépenser le peu de forces qui vous reste.
Nous aimons nous amuser pour «tuer le temps », avant que le temps ne se mette à nous tuer doucement, par jeu sûrement...Faut bien s'occuper, non ? Un jour l'imprévisible survient, une étincelle jaillit au fond de votre moi, des réserves d'énergies insoupconnées s'éveillent, vous vous découvrez des ressources nouvelles ! Votre regard sur le monde change.
Vous comprenez enfin que vous n'étiez pas seul.

Vous Le découvrez à vos côtés, Il a fait la route avec vous et vous ne vous en doutiez pas, Dieu vous prend par la main et vous Le suivez comme un enfant. Votre épreuve finie, une autre vie se dessine au-dela de ce monde !

Commentaires

  1. Pas plus tard qu'hier,je me désespérai en pensant à ce pauvre monde et en me demandant:que fait Dieu? Qu'attend t-il pour intervenir? J'étais touchée au plus profond de moi -même dans ma chair puisqu'il s'agissait de ma fille et de ma petite fille.Ton poème est venu me secourir car tu m'as rendu confiance...j'étais ébranlée...mais Dieu par ta main a répondu à mon appel.Tes 4 dernières phrases enlèvent toute l'horreur du monde.Merci mon ami.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai subi quelques revers cuisants ces derniers temps, aux moments ou je baissais les bras, je sentais qu'on me poussait à réagir, Dieu n'est jamais bien loin, je suis heureux que mes réflexions t'aient rendu service, tout ce texte était écrit pour ces quatre lignes. Merci de me lire! Alex.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

ROUGE.

LE TEMPS.