Voleuse de lune.



Dans un ciel aux reflets astrés, mon esprit s'obscurcit d'un frisson d'épouvante !
J'ai croisé la voleuse de lune au caractère facétieux, sirène nocturne qui vous enténèbre
dans ses pires fantasmagories !

Devant son pouvoir hypnotique, je suis conscient de n'être qu'un infinitésimal instant de vie dans un univers ou des géants là jouent aux dés.

Mon impossible obsession à être parmi les plus forts, n'est sans doute pas sans rapport avec le rat de laboratoire croyant s'échapper à toutes pattes d'un labyrinthe clos.
Ni lui ni moi n'échapperont à notre destin, malgré notre instinct de survie.

Adolescent, j'avais tout compris...Ignorance et inconscience de la jeunesse, et voici que tu me plonges dans l'immense obscurité de ma totale incompréhension.
De la vie à la mort, je n'aurai rien su, je n'aurai été maître de rien , à peine aurais je vécu!
Ne suis je qu'un guerrier qui se bat contre lui-même? Comment envisager de gagner contre son reflet ?

D'autant qu'il ne me reste rien de mes certitudes, je veux hurler à la lune encore , revoir son image apaisante pour que le temps de mes amours reviennent.

Que la fièvre me quitte emportant avec elle cet enfer brûlant : Voleuse ? Rends là moi, que je revienne m'asseoir en sa compagnie, ne la subtilise point à mes regards, car sans elle, je ne verrai plus le soleil du matin !

Laisse moi encore écrire des mots d'amour ou de haine, de haine ou d'amour, je ne suis après tout qu'un soldat de poésie, un rêveur !


Rends moi la lune pour que les géants puissent continuer à jouer ! Je veux vivre encore....

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

ROUGE.

LE TEMPS.

C'était ...presque rien !