QUIPROQUO !

A pas feutrés, tard dans la nuit,
Un homme gravit doucement des escaliers,
Est ce un intrus, voleur ou aventurier ?
Dans la maison, telle une ombre sans bruit.

Bientôt il arrive sur un palier,
Arrêt devant la porte d'une chambrette,
C'est là que dort la petite Annette,
N'y aura-t-il personne pour crier ?

Comme un félin, il est entré,
Il s'avance avec prudence,
Près du lit s'est agenouillé,
Avec le diable, a-t-il alliance ?

Sur le petit ange, il se penche,
Précautionneux, soulèvant ses cheveux,
Plus près, tout près, tout heureux,
Un père donne baisers en avalanche.



Quel père n'est pas rentré tard, et comme une ombre n'a pas embrassé son enfant endormi ?

Commentaires

  1. c'est un suspens que ton poème...j'apprécie la fin qui me déstresse.
    bravo Lougris.

    RépondreSupprimer
  2. Quel joli commentaire, GIGI, merci de tout coeur! Amicalement, A.L.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

ROUGE.

LE TEMPS.